Cours

Le système cardio-vasculaire

coeur_vaisseaux
22
Août, 2020

Formation kiné en ligne.

Auteur : Laëtitia Rachel Sellem

Mini- Formation disponible sur le site www.infmp.fr

Public: kinésithérapeutes

Article disponible sur www.kineakine.com

Rappels anatomiques

 
Dimensions, situation et orientation du cœur
Le cœur est un organe de forme conique, de la taille d’un poing et pesant de 250 à 350 g chez l’adulte. Son apex pointe vers le bas en direction de la hanche gauche. Il se situe dans le médiastin, qui correspond à la cavité centrale du thorax, en position oblique entre la 2ème côte et le 5ème espace intercostal. Il repose sur la face supérieure du diaphragme, en avant de la colonne vertébrale et en arrière du sternum, logé entre les deux poumons.
 
 
 

Enveloppes du cœur

Le cœur est enveloppé par une enveloppe à double parois nommé le péricarde :
  1. Externe ou péricarde fibreux : constitué de tissus conjonctif dense et lâche, il protège le cœur et l’amarre au diaphragme, gros vaisseaux et sternum, et évite l’accumulation excessive de sang
  2. Interne ou péricarde séreux : celui-ci se compose de deux lames (pariétale et viscérale/épicarde) séparées par un espace appelé cavité du péricarde et empli de liquide
Paroi du cœur
Elle est composée de 3 tuniques très vascularisées :
  1. Externe ou épicarde
  2. Moyenne ou myocarde : « muscle du cœur », composé de cellules musculaires et est renforcé par le squelette fibreux du cœur
  3. Interne ou endocarde : diminue les frictions du sang contre les parois cardiaques
 

Cavités et gros vaisseaux du cœur

La partie supérieure du cœur est formée de deux oreillettes ou atriums, tandis que la partie inférieure est formée de deux ventricules. Entre les côtés droits et gauches, il existe une cloison longitudinale appelée septum.
Les oreillettes correspondent aux points d’arrivée du sang :
  • L’oreillette droite (OD) reçoit les veines cave inférieures et supérieures ainsi que le sinus coronaire (drainage du myocarde)
  • L’oreillette gauche (OG) reçoit les quatre veines pulmonaires
 
Les ventricules correspondent aux points de sortie du sang :
  • Le ventricule droit (VD) expulse le sang dans les artères du tronc pulmonaire
  • Le ventricule gauche (VG) envoie le sang dans l’aorte

 

Trajet du sang

Il existe deux circulations :
  1. La circulation pulmonaire : du côté droit Le sang des veines systémiques (veines caves) se déverse dans l’oreillette droite puis dans le ventricule droit, est expulsé dans le tronc pulmonaire, traverse les poumons et retourne dans le cœur au niveau de l’oreillette gauche à l’aide des veines pulmonaires.
  2. La circulation systémique : du côté gauche Le sang provenant des poumons et riche en O2 entre dans l’oreillette gauche par les veines pulmonaires, puis dans le ventricule gauche et est expulsé dans l’aorte qui a des ramifications pour l’ensemble des organes du corps. Le sang dépourvu d’O2 va ensuite être dirigé vers les veines caves puis vers l’oreillette droite.

 

Circulation coronarienne

Il existe des artères et veines coronariennes permettant l’irrigation du myocarde : celle-ci a lieu pendant la phase de relâchement.
Valves cardiaques
Il existe des valves auriculaires situées entre la jonction des oreillettes et ventricules, elles empêchent le reflux du sang dans l’oreillette lors de la contraction ventriculaire. Il existe deux valves :
  • Tricuspide : à droite, formée de trois cuspides
  • Mitrale : à gauche, formée de deux cuspides
Il existe des valves sigmoïdes situées à la sortie des ventricules au niveau de l’aorte et du tronc pulmonaire : leur rôle est d’empêcher le reflux du sang dans le ventricule au moment du relâchement du muscle cardiaque.
 

 Fibres musculaires cardiaques

 Anatomie microscopique

Le muscle cardiaque est un muscle strié mais il présente quelques particularités : ses cellules sont courtes, épaisses, ramifiées, communiquent entre elles et sont mononuclées. Elles contiennent des myofibrilles composées de sarcomères typiques.
La communication entre les cellules se fait à travers des disques intercalaires contenant des desmosomes et jonctions ouvertes permettant au myocarde de se contracter en bloc
 

Mécanismes et déroulement de la contraction

Cette contraction est particulière : en effet, certaines cellules sont autoexcitables et génèrent des potentiels d’actions, qui se propagent en bloc grâce aux jonctions ouvertes entre les cellules. De plus, la période réfractaire absolue est longue (250ms, presque le temps de la contraction), ce qui empêche la tétanie.
La contraction cardiaque se déroule suivant plusieurs étapes :
  • Potentiels d’actions (par seulement 1% des cellules)
  • Dépolarisation : les canaux voltage dépendants Na+ s’ouvrent, le potentiel de membrane va s’inverser de -90 à -30mV à c’est la phase ascendante
  • Ouverture des canaux lents Ca2+ : cela prolonge la dépolarisation et réalise un plateau.
  • Fermeture des canaux Ca2+ et ouverture des canaux K+ : repolarisation

Besoins énergétiques

Le cœur a un besoin en oxygène constant. Ses cellules musculaires contiennent de nombreuses mitochondries : leur production d’ATP est presque uniquement réalisée par la respiration aérobie (utilisation d’acides gras et de glucose).
 

Physiologie du cœur

 
Phénomènes électriques
Le système cardionecteur permet la contraction du myocarde : celle-ci est automatique, maximale, prolongée et synchrone. Ce système se constitue du tissu nodal contenant les cellules cardionectrices (non contractiles) : leur rôle est la production des potentiels d’action et leur propagation. La répartition du tissu nodal est inégale, on retrouve plusieurs éléments :
  1. Nœud sinusal : celui-ci détermine la fréquence cardiaque (rythme sinusal)
  2. Nœud auriculoventriculaire
  3. Faisceau auriculoventriculaire : connexion entre les oreillettes et ventricules
  4. Myofibres de conduction cardiaque
L’électrocardiogramme est une représentation graphique des phénomènes électriques survenant dans le muscle cardiaque. On retrouve plusieurs évènements :
  1. Onde P : dépolarisation auriculaire
  2. Complexe QRS : dépolarisation ventriculaire
  3. Onde T : repolarisation ventriculaire
 
 

Bruits du cœur

Un kinésithérapeute doit être en mesure de réaliser une auscultation pulmonaire mais aussi cardiaque. Les bruits normaux du cœur proviennent des turbulences pendant la fermeture des valves. On les évoque par l’onomatopée « toc tac ». Des bruits anormaux ou souffles correspondent à des troubles valvulaires.
 
Phénomènes mécaniques : la révolution cardiaque
Les phénomènes mécaniques de contraction (systole) et de relâchement (diastole) du muscle cardiaque, auriculaires puis ventriculaires, correspondent à la révolution cardiaque. Ils suivent toujours les phénomènes électriques de l’électrocardiogramme.
 
Débit cardiaque
Celui-ci correspond au volume de sang éjecté par chaque ventricule par minute. Il est égal au volume de sang éjecté à chaque contraction (volume systolique, environ 70mL) multiplié par la fréquence cardiaque (FC). Le débit est d’environ 5L/min.
L’activation du système sympathique va augmenter la FC et la contractilité ; l’activation du système parasympathique va diminuer la FC.
 
 

Bibliographie – Formation kiné en ligne

E.N Marieb, Anatomie et physiologie humaines, adaptation de la 8ème édition américaine, 2010, pp. 765-800

Le contenu des cours

Apprentissage total: 1 lesson Temps: 10 semaines

Le système cardio-vasculaire  0/1

Diaporama commenté par Laetitia MKDE

Instructeur

Évaluations

0.0

0 Évaluations

5 étoile(s)
0%
4 étoile(s)
0%
3 étoile(s)
0%
2 étoile(s)
0%
1 étoile(s)
0%